Une journée de liesse populaire
Gardien hotel avec pistolet à eau

Une journée de liesse populaire

Je reprends ma vie de vagabond vers le nord sur la route numero 3 direction Bangkok. Les cent premiers kilomètres se déroulent paisiblement  et remplissent mes rêves.
Au delà de ce premier tronçon, je commence à percevoir une certaine agitation sans que je puisse en identifier la cause réelle. Je m’arrête au feu rouge,comme tout le monde, à côté d’un pickup bondés de jeunes sur le plateau arrière et là c’est la douche froide au sens premier du terme. Ils me bombardent de trois seaux d’eau glacée. Passé le premier effroi, je viens de comprendre que c’est le nouvel an Thaï. Il est de coutume de s’asperger copieusement d’eau pendant  cette période. J’adopte une position de défense. Tension maximum des zygomatiques. sourire crispé mais complaisant, fessier en arrière buste en avant prêt à bondir. Un quatrième seau me décrispera pour la journée. J’ai retrouvé une position plus naturelle.
Ce sera ainsi toute l’après-midi. J’espère que je ne vais pas être malade. Plus je progresse plus c’est le délire. Je zigzague entre les tirs croisés de canons à eau, de jets d’eau. Cela vient de partout, de droite, de gauche, du haut. Tout le monde est de la fête, les jeunes les vieux, les vendeurs à la sauvette. Ces derniers proposent d’ailleurs tous les objets d’attaque et de défense. (Pistolet à eau, pochette plastique pour protéger le téléphone etc..) Je dois ruser pour arriver à boire une bière sans trop de dégâts. Même la note arrive sous plastique et le serveur avec son imperméable.
Au fur et à mesure de mon avancée, je sens que la moto à changé de comportement. Je choisis une zone non hostile pour vérifier cela. Le diagnostic est vite fait . Le pneu arrière se dégonfle à vitesse grand V. Il va falloir opérer. Pas facile un dimanche après-midi, de plus une semaine de nouvel an. Ma chance habituelle et ma connaissance profonde de la langue Thai auront raison de cette inquiétude. Après quelques palabres et une visite de l’arrière boutique, je finis par dégoter une chambre à air qui pourrait me sauver la mise. Affaire conclue. Encore une heure et je serai en mesure de reprendre la route.
Il est déjà tard. Il est temps de trouver un lieu de repos pour la nuit .Mon ami Bookingdotcom me guide vers  Sriracha, Chonburi. Je parque la moto au garage de l’hôtel et hop le gardien du parking m’arrose copieusement en signe de bienvenue. J’en rigole encore.

image.jpeg
Attention Danger. Les photos ne sont pas d’une grande qualité mais il faut choisir. j’ai choisi de me tenir à distance, de shooter rapide et de préserver l’appareil.

 

image
image.jpeg

image

Une petite réparation.
image

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.